Attribution du fief de Rocheblave

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attribution du fief de Rocheblave

Message  Gabriell le Ven 27 Mai - 7:28

A tous ceux qui la présente liront ou se feront lire,





    Moi, Actarius Malzac d'Euphor, Comte du Tournel,

    Annonce ce qui suit.


    En ma légitime autorité sur le Comté du Tournel, ses terres et dépendances, j'ai décidé d'octroyer la Seigneurie de Rocheblave à Mestre Gabriell de Bellecour.

    Désormais veuf, cet homme a déjà été mon vassal par alliance. Il a démontré ses qualités à mon service et à quel point je pouvais compter sur lui. Ce choix sanctionne également un caractère noble et dévoué, des valeurs propres aux gens de bien. Je juge ainsi qu'il sera loyal et valeureux vassal.


    Parce que les écrits, pareils au Phénix, ne meurent pas,
    Je signe et appose mon scel en ce 12 février 1464.





Nous, Agnès de Saint Just, dicte Montjoye, Roy d'Armes de France, faisons savoir,

    Que, conformément aux textes et coutumes héraldiques, faisons acte de la demande de Messer Actarius Malzac d'Euphor*, Comte de Tournel, quant à l'octroi de la seigneurie issue de mérite de Rocheblave sise sur les terres de Tournel à Messer Gabriell de Bellecour*.

    Qu'après recherches héraldiques dûment entérinées, le fief de Rocheblave est bien fief mouvant du Comté de Tournel.

    Qu'après consultation d'armoriaux, l'écu se référant au dict fief est ainsi décrit, D'argent, au rocher d'azur mouvant de la pointe, à la molette du même mouvant du chef, soit après dessin :



    Que nous attestons avoir été témoin de l'échange des serments vassaliques entre l'octroyant et l'octroyé.

    En conséquence, Messer Gabriell de Bellecour* devient Seigneur de Rocheblave.
    Il peut dès à présent en arborer les armes et se prévaloir du rang et titre.


Ainsi validons et contresignons le sixième jour du mois de mars de l'an de grasce mil quatre cent soixante quatre.





[*IG : Actarius & Gabriell]
avatar
Gabriell

Messages : 557
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 25
Localisation : Beziers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attribution du fief de Rocheblave

Message  Gabriell le Ven 27 Mai - 7:42



Rocheblave - Ròcablava

Héraldisme
Fief Seigneurial du Tournel
Description du Blason : D'argent, au rocher d'azur mouvant de la pointe, à la molette du même mouvant du chef. (armes parlantes, fictives)
Ancien nom :
Devise : -
Actuel Seigneur : Mélisende_ d'Euphor
Ancien Seigneur : Gabriell de Bellecour
Nom des habitants :
Paroisse : Mende


Généralités historiques

    Le domaine de Rocheblave est évoquée dans plusieurs hommages rendus aux barons du Tournel. Elle apparaît pour la première lors de la reconnaissance à Odilon Guérin III, seigneur du Chapieu, par Aldebert de Rocheblave le 11 août 1229, puis dans celle de Léon de Rocheblave à Guigue Meschin II, seigneur du Tournel, le 3 avril 1258, et enfin dans celle de Guillaume de Rocheblave à Odilon Guérin IV le 3 novembre 1260.

    Selon ses sources, il semble que la Seigneurie, voisine des prieurés d'Ispagnac et de Quézac, dépendants de l'abbaye d'Aurillac, ainsi que de celui de Sainte-Enimie, peut-être élevé en abbaye au XVe siècle. Son territoire, assez vaste s'étend des gorges du Tarn au Valdonnez. Ainsi, demeurent sous l'autorité du Seigneur de Rocheblave, le château d'Agulhete, celui de Rocheblave, les manses de Molines, de la Vacharesse, du Montet, de la Plas, de Mausac, de Ferrières et de Ventaillac, ainsi que toutes leurs dépendances.

    La Seigneurie, de par sa position stratégique, est un important lieu de passage pour les pèlerins notamment qui se rendaient à l'abbaye de Saint-Enimie ou au prieuré, puis à la collégiale de Quézac. Des cultures de vignes en terrasses et d'arbres fruitiers sont par ailleurs évoquées dans la région dès le Ier siècle.



Vestiges préhistoriques et antiques

  • Les 154 menhirs de la Cham des Bondons, élevés entre la fin du Néolithique et l'âge du bronze, s'étendent sur un vaste plateau de calcaire à l'est d'Ispagnac. Elle constitue la deuxième concentration de monuments mégalithiques en Europe après les alignements de Carnac en Bretagne. Ce site recèle également une curiosité géologique : deux mamelons de marnes noires ayant résisté à l'érosion et dominant la vallée du Tarn, le Truc de Miret et le Truc des Bondons. Ces "monts", seraient issus selon la légende de la boue tombée des sabots de Gargantua.



Architecture civile

  • Le Château d'Agulhete surplombe celui de Rocheblave. Il s'agit d'un édifice audacieux, bâti sur le roc même à l'entrée des Gorges du Tarn. Il commandait l'accès au Causse de Sauveterre vers Sainte-Enimie. Peu d'éléments existent sur ce bâtiment, dont on sait toutefois, qu'il fut la propriété des Chevaliers de l'Hospital au XIIe siècle, qui possédaient également la commanderie du Cap français sur le Mont Lozère.

  • Le Château de Rocheblave a été construit, lui, à flanc de ce roc gris bleu dont il tire son nom et qui forme un de ses murs intérieurs. L'édifice visible encore aujourd'hui a été bâti au XVIe siècle sur les ruines d'un ancien Château. Il est de forme rectangulaire et dominé par des machicoulis. Un souterrain l'aurait relié à une chaumière de Molines. Un de ses propriétaires aux XIXe siècle fut Louis Jourdan, député de la Lozère et poète à ses heures qui évoqua le Château de Rocheblave en ces termes dans son recueil des "Rimes Dernières".
      « Après cent ans et plus d'abandon et d'oubli,
      A l'ombre de son roc Rocheblave se dresse. »

  • La construction du Pont de Quézac remonte à 1450. Il permettait de franchir le Tarn et de rejoindre Quézac. Sa construction a été décidée et financée par le pape Urbain V, originaire de la région en 1350. Mais les travaux durèrent longtemps et s'achevèrent près d'un siècle après à la suite de nombreux appels aux dons. Le Pont a subi plusieurs effondrements durant les siècles suivants et a ainsi été souvent reconstruit.



Architecture sacrée

  • A Ispagnac, des moines bénédictins de l'abbaye d'Aurillac, installés depuis le VII° siècle, fondent un prieuré. L'église romane est construite au milieu du XIe siècle. L'ensemble formé par le monastère et l'église est fortifié et une ville forte s'y accole (quatre tours, deux portes principales, un large fossé). Ispagnac va devenir la 3e ville du Gévaudan (après Mende et Marvejols) et prospèrera à l'abri de ses remparts. Le prieur Monsieur d'Ispagnac, véritable seigneur partagera peu à peu le pouvoir avec un laïc.

  • Les premières traces de la Collégiale de Quézac remonteraient à 1052, date de construction de la première église. Celle-ci attira des pèlerins si bien qu'un prieuré-cure s'installa. En 1365, le pape Urbain V, originaire des environs, érigea le prieuré en Collégiale, et la fortifia. Ces constructions se font ainsi en même temps que celle du pont de Quézac, dans le but d'améliorer le confort des pèlerins. Il installe alors huit clercs, six chanoines, un doyen et un sacristain en résidence dans la Collégiale.



Sources :
http://um.bookprep.com/read/mdp.39015012372929
http://fr.wikipedia.org/wiki/Qu%C3%A9zac_%28Loz%C3%A8re%29
http://www.ispagnac.fr/ot/decouvrir-ispagnac/histoire.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Sainte-Enimie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ispagnac
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cham_des_Bondons
http://www.ispagnac.fr/ot/decouvrir-ispagnac/alias-molines.html
http://ppeut.canalblog.com/archives/2009/10/16/15440265.html
http://www.lesgorgesdutarn.fr/loisirs/balades/sentier-lineaire-du-tarn.html

A consulter aussi :
Les Châteaux de Lozère, Rémy Chastel

Fiche principalement réalisée par LJD Actarius.
avatar
Gabriell

Messages : 557
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 25
Localisation : Beziers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum